Tourmaline Néon

Par Frédéric Fontaine - photo Dior joaillerie -

Tourmaline Paraiba

Dans les années 90, une nouvelle gemme est découverte au Brésil et va rapidement s’imposer comme la plus précieuse des pierres fines rares, j’ai cité la tourmaline « Paraiba » plus connue localement sous le nom de tourmaline néon.

En 1989, après cinq années d’un travail obstiné, un mineur du nom de Barbosa découvre dans une petite mine de la région de Batalha, les premiers échantillons d’une tourmaline d'un bleu vert turquoise, à l’aspect extraordinaire. Les pierres, même à l’état brut présentent une luminosité, un éclat inconnu de toutes les autres pierres précieuses comme si elles étaient habitées d’un néon*.

La tourmaline Paraiba est présentée pour la première fois au prestigieux salon de Tucson en 1990. L’effet est immédiat. Les quelques échantillons disponibles s’arrachent en une seule journée. L’offre est faible, la plupart des pierres sont de petite taille et les prix s’enflamment immédiatement pour atteindre en quelques jours plusieurs milliers de dollars au carat, c’est du jamais vu. On crie au fou, les négociants les plus frileux ricanent, « comment peut-on mettre autant d’argent dans des tourmalines !!! » Ils ricanent un peu moins aujourd’hui alors que les prix ont été multipliés par 20.

Il faut dire que tous les critères sont réunis pour qu’ils continuent de flamber.

La zone de production est extrêmement circonscrite (un genre de  colline), le gisement n’a jamais beaucoup « donné » et il est pratiquement épuisé. La paraiba est une pierre symbole pour les fortunes locales qui s’arrachent les meilleurs exemplaires, et enfin, depuis peu, la haute joaillerie a mis la tourmaline néon à l’honneur, (V. de Castellane pour Dior joaillerie par exemple ou VCA)

Acheter une tourmaline bleue, mission impossible ?

Pas tout à fait, car l’Afrique, (encore elle), va finalement se montrer plus généreuse. Le Nigeria tout d’abord, avec la découverte en 2001 d’une tourmaline cuprifère semblable à la Paraiba mais plus claire, le Mozambique ensuite, à partir de 2005, avec une couleur proche de la veine brésilienne, la pureté en plus, (la Paraiba du Brésil a souvent un "jardin").

Pour l’appellation, le terme Paraiba ne devrait concerner que le gisement brésilien, mais, à l’heure actuelle, de nombreux marchands l’utilisent pour commercialiser des pierres africaines avec l’accord, (depuis 2006) du LMHC qui gère l’appellation des pierres précieuses.

* Plus tard, on montrera que c’est la présence de cuivre et de manganèse combinés qui est la cause de cet aspect singulier.

Vos commentaires

envoyer >
bague fiancailles compagnie des gemmes
Voir toute la liste