POP ROMANCE

Par Simon La Salle

On a l’impression de connaître par cœur la peinture de Roy Lichtenstein tant elle a été reproduite pour habiller nos objets du quotidien mais n’est-ce pas là le propre du Pop Art. Et pourtant on ne connaît cette peinture ou plutôt on risque de la réduire à un simple gimmick ironique tant qu’on n’a pas pu l’appréhender in situ. Les travaux de Lichtenstein ne peuvent exister que dans les formats géants dans lesquels ils ont été réalisés. On partage alors les émotions de ces jeunes femmes blondes à la beauté 50 stéréotypée, leur chagrin d’amour, leur joie quand elles reçoivent leur bague de fiançailles. Le bijou, comme symbole de consommation est très présent dans la peinture de Roy.  On comprend mieux alors ce que l’artiste appelait le « choc visuel » et qui n’a rien perdu de sa force cinquante ans après. WIIIZZ !! Courez à la Tate Gallery jusqu’au 27 mai pour un week-end à Londres ou dans une version édulcorée, au centre Pompidou, à partir du 3 juillet.

Vos commentaires

envoyer >
bague fiancailles compagnie des gemmes
Voir toute la liste