"la pierre de l'Amour"

Par Frédéric Fontaine

L'Amétrine

L'amétrine réunit d'une merveilleuse manière deux gemmes en une seule : la citrine et l'améthyste.
Le nom amétrine provient de la contraction de « améthyste » et de « citrine» dont on a pris respectivement les deux premières et les deux dernières syllabes. Ce nom souligne le fait que les cristaux d'amétrine présentent une double coloration, violette comme l'Améthyste et jaune comme la Citrine.
Améthyste et citrine sont deux déclinaisons de la famille des quartz. Un traitement thermique à 350° puis à 500° transformera une améthyste en une citrine. Les traces de fer Fe4 qui donne sa couleur violette à l’améthyste se transformant en oxyde de fer, Fe3 qui donne sa couleur jaune aux citrines (pour faire simple).

L’amétrine présente naturellement des traces de ces deux déclinaisons d’oxyde de Fer qui engendrent la polychromie d’un même cristal.

Dans une amétrine, les deux couleurs ne sont jamais très fortement contrastées. Néanmoins, plus le contraste est fort, plus la pierre sera considérée comme précieuse. Autre critère de qualité : la frontière entre les deux couleurs doit également être le plus au centre possible de la pierre taillée. Les amétrines sont souvent taillées en taille émeraude, taille baguette rectangle ou taille calibrée carrée.

La mine d'Anahi, en Bolivie, province de Santa Cruz à 30 km de la frontière brésilienne est généralement considérée comme la seule source d’approvisionnement possible pour l’amétrine, en tout cas en ce qui concerne les plus beaux spécimens. (Personnellement j’ai vu de très belles amétrines au Brésil qui étaient vendues comme provenant du Minas Gerais mais je ne l’ai jamais vérifié).

L’histoire de sa découverte est assez romantique et mérite d’être racontée.

Au 17ème siècle, un jeune conquistador, un espagnol très beau, du nom de Don Felipe de Goitia tombe éperdument amoureux d’une jeune princesse de la tribu des Ayoreos, très belle elle aussi, une demoiselle Anahi qu’il décide d’épouser contre l’avis de ses parents restés en Espagne, (j’en rajoute). La tribu va l’accueillir et le jeune couple recevra en cadeau de mariage, une grotte aux parois tapissées de la précieuse gemme : l’amétrine et ses deux couleurs, symbole du rapprochement des deux civilisations, (là j’en rajoute vraiment).
La pierre est ensuite introduite en Europe sous la forme de présents faits à la reine d’Espagne (ça c’est tout à fait authentique)

Aujourd’hui la pierre est très prisée par les amateurs de lithothérapie qui lui octroient des pouvoirs sensationnels que nous n’avons jamais vérifiés.

La pierre n’est pas la seule pierre naturellement polychromique. Des pierres fines rares de la famille des tourmalines présentent parfois la même particularité.

Enfin l’amétrine peut être considérée comme une pierre placement, du fait de son origine extrêmement circonscrite. Pour le moment le prix des très beaux spécimens reste raisonnable.

Vos commentaires

envoyer >
bague fiancailles compagnie des gemmes
Voir toute la liste