opale

L' Opale

Par Frédéric Fontaine - Photo Cristina Rotondaro

Opale

Les grecs anciens associaient à L’Opale des pouvoirs visionnaires et les romains la considéraient comme un symbole de majesté divine. Nonius, puissant sénateur Romain aurait choisit la mort plutôt que de remettre sa bague sertie d’une opale à Marc Antoine. Plus récemment, la reine Victoria vouait un culte authentique aux opales et en sa qualité de souveraine de l’Australie, elle avait intégré plusieurs pierres d’exception au trésor royal.

C’est la couleur secondaire des opales, liée à une décomposition chromatique de la lumière, qui rend cette pierre si admirable, et si céleste parfois. Les opales des mines australiennes de Coober Pedy ou de lightning Ridge présentent toutes les nuances allant du gris à une magnifique livrée d’un blanc laiteux iridescent aux accents futuristes. Dans la région aride correspondant à l’Eromanga Sea, une mer préhistorique aujourd’hui disparue, les prospecteurs chassent les gemmes les plus nobles caractérisées par une irisation très marquée allant du rouge de l’escarboucle (la plus prisé) au bleu cobalt en passant par le violet.

Mais l’opale n’est pas que le fruit des déserts australiens. A des centaines de miles de là, au Mexique, près de San Juan del Rio, la terre offre une autre pierre merveilleuse, l’opale de feu, une pierre au caractère de braise. Alors que l’opale australienne est opaque et taillée en cabochon, l’opale de feu est parfaitement translucide et facettée pour en magnifier les reflets. L’opale australienne joue de mille couleurs (opale arlequin), celle de l’opale de feu est homogène, un jaune orangé parfois presque rouge, habitée d’une flamme intérieure qui dans la lumière rasante des soirées tropicales semble battre comme un coeur.

Vos commentaires

envoyer >
bague fiancailles compagnie des gemmes
Voir toute la liste